Laboratoire de rattachement


CRESAT E.A. 3436, Centre de Recherche sur les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques, Université de Haute Alsace, Campus Fonderie, Page sur le site du laboratoire CRESAT (EA 3436)

siguha



Productions scientifiques

Dépôts sur
HAL , HyperArticles en Ligne (incomplet, mais j’avance…)







Articles dans des revues à comité de lecture

Wilhelm, C. (2016) «Dans le halo des MOOC, la rationalité communicationnelle de la formation 2.0», Communication et Organisations 49, 87-100.

La constance de la promesse de rupture autour des phénomènes de formation en ligne récents tels que les MOOC cristallise une tension dynamique inhérente au domaine. Pour soutenir notre argument que les dispositifs dérivés dans la formation en entreprise jouissent d’un « effet halo » ou auréole établi par le discours d’accompagnement des MOOC, nous revenons sur la place des technologies dans la formation à distance afin de montrer que la tension entre action rationnelle en finalité et en valeur est caractéristique pour le secteur de la formation. L’approche communicationnelle est le prisme qui nous permet de comprendre ce phénomène médiaculturel dont le fonctionnement est proche des productions des industries culturelles.


Roth, C. et Wilhelm, C. (2016), « Médias culturels et Interculturalité : regards croisés France-Allemagne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 septembre 2016. URL : http://rfsic.revues.org/2451 ; DOI : 10.4000/rfsic.2451

La communication interculturelle – n’est véritablement institutionnalisé ni en SIC en France, ni en sciences de la communication (Kommunikationswissenschaften) en Allemagne. Pourquoi considérer particulièrement ces deux pays ? Parce que la relation franco-allemande a joué un rôle trop peu connu dans le développement des études interculturelles en Europe, rôle à repenser aujourd’hui, avec l’affaiblissement de la coopération.


Wilhelm, C. (2010), Emergence d’une culture communicationnelle au sein d’un dispositif international en ligne : distances géoculturelles et proximité axiologique, Distance et Savoirs (8) 79-107.

Cette recherche a pour projet de comprendre les interactions interculturelles dans des dispositifs de communication à distance à caractère international. Elle étudie le cas d’un dispositif d’apprentissage en ligne et s’adresse aussi bien aux chercheurs, enseignants, praticiens de la formation à distance médiatisée qu’à ceux qui s’intéressent à la communication interculturelle. Nous proposons des modèles d’analyse permettant de cerner la culture communicationnelle des dispositifs dans le jeu des différentes distances (culturelles, géographiques, technologiques) et leur importance respective pour les processus de communication.



Wilhelm, C. (2008). Dispositifs interculturels à distance : Principes axiologiques d’une formation en ligne. Studies in Communication Sciences, 8(2), 75-94.

Dans le contexte des échanges interculturels en ligne, certaines figures sensibles des TIC (Boutaud, 2006) peuvent s’avérer critiques pour comprendre la co-construction, particulièrement quand ces dimensions sont également constitutives du dispositif pédagogique.Ainsi, la transparence, la performance et la convivialité nous renseignent sur les interprétations de ce qu’il convient d’appeler l’interaction collaborative en ligne. La mémoire dispositive se ressource dans ces dimensions et les complète. Elle explique en partie le maintien de l’identité socialement construite de la communauté en question. C’est cette dernière qui dans notre contexte s’impose aux différences culturelles.


Mots clés : communication interculturelle,TIC,TICE, médiation technologique, e-learning, formation à distance, francophonie, interaction, collaboration.

Chapitres d’ouvrages

Wilhelm C. et Thevenin, O. (2016), «The French Context of Internet Studies: Sociability and digital practice», in Kommunikationswissenschaft im internationalen Vergleich : Transnationale Perspektiven, (sous dir. de) S. Averbeck-Lietz, Springer VS (à paraître).

Growing mediatization and the rise of “digital culture” have put studies of digital media, and particularly Internet Studies to the forefront of communication research in many national contexts. In this contribution we do, however, not pretend to present the totality of French media and communication sciences. The field and its academically established discipline, Information and communication sciences (SIC, Sciences de l’information et de la communication), is far too diverse and complex. In the following, we develop the emergence and historical grounding of a contemporary phenomenon central to SIC, the convergence of telematics with reception and audience studies in France. Both fields, telematics as well as the study of audiences and publics, allow French Internet Studies to profit from useful pioneer work and strongly influence studies of networked communication and use. The work done on the publics of cinema and culture on the one hand, and the early work on “communication machines” (Schaeffer 1970) conducted, in France and specifically the French Minitel/Teletel experience (1980–1995) have well equipped studies of use for the digital age, now that multiple screens and terminals flourish in a “convergence culture” (Jenkins) and questions of Internet use combine the study of audiences and of the social uses of the media, largely due to the massive presence of the cultural industries online and the merging of audience measurement techniques from the (not so old) days of TV-panels to digital analytics today. At the same time a transnational exchange needs to be acknowledged. The influence which European researchers having immigrated to the United States and working on empirical communication studies had on French research contributed not only to the creation of the early avatars of institutionalized communication studies, but also to a broadening of the study of media publics to include the social context and the collective dynamics beyond the offer and the content produced by the media and cultural industries. Both approaches bring valuable experiences to the field of Internet Studies and the use of a combination of terrains including digital data in order to learn more about cultural practices. The challenge of digital methods thus profits from the centrality of social use and practice as core concepts.


Wilhelm, C. (2015), MOOC et SIC - une relation propice à une synthèse méthodologique, dans Education et Apprentissage et SIC in : Numérique, éducation et apprentissage (dir. Laurent Collet et Carsten Wilhelm) : Enjeux communicationnels. Paris : L’Harmattan. p.29-42.

Le phénomène des MOOC est relativement récent. Il nous invite à présenter des cadres d’analyse que les sciences de l’information et de la communication peuvent mobiliser afin de comprendre comment se conjuguent enjeux, acteurs et interactions dans des systèmes complexes mobilisant des médias numériques et pouvant être caractérisés comme « sites de tensions dynamiques » (Macé, 2006). Les MOOC possèdent des caractéristiques des phénomènes de la culture de masse et des produits de l’industrie culturelle. Des approches empruntées aux médiacultures et aux études des industries culturelles s’avèrent alors utiles pour les décrire et les analyser. Ceci met en évidence le besoin d’une forme spécifique d’analyse de ses publics tout en affirmant l’utilité d’une approche en SIC.


Wilhelm, C. (2015), De la décentration à la refiguration : trajectoires interculturelles en ligne, in : Bonfils P., Dumas P., Massou L., dirs, TICE et multiculturalités : usages, publics et dispositifs, Nancy, Presses Universitaires de Nancy/Editions Universitaires de Lorraine. p 217-231.

Notre étude de cas d’un dispositif de formation ouverte à distance en ligne révèle une adhésion collective à un projet commun, voire une culture commune, visible dans l’émergence d’une communauté apprenante autour de valeurs partagées. Ceci s’opère malgré la diversité culturelle des acteurs impliqués. Trois éléments constitutifs du dispositif en question sont la base de ce développement : une approche sociocognitive valorisant la décentration des individus en formation, la proposition d’un territoire partagé virtuel d’échange et la création et l’entretien d’une mémoire dispositive. Leur potentiel pour une refiguration culturelle est discuté.


Wilhelm, C. (2014), Sociabilité numérique et apprentissage en ligne – modélisation interactionnelle et engagement individuel, in : Expériences et transmission des savoirs : culture et loisirs, (dir. Pascale Marcotte et Olivier Thévenin). Paris: L’Harmattan. p.57-71.

À travers des entretiens en ligne avec des apprenants nous avons pu approfondir notre étude d’une expérience de formation à distance interculturelle. Nous avons tenté de répondre aux questions suivantes : comment les apprenants communiquent-ils à propos du dispositif, de la diversité du public et des médiations, qu’elles soient technologiques, sociales ou sémiocognitives ? En somme, comment circule le savoir sur et dans cette forme de sociabilité particulière ? Comment s’exprime l’engagement des individus pour ce dispositif ? Dans notre contexte les « frustrations » ou les différences potentielles sont amoindries et les possibilités de participation à la construction d’un savoir commun sont présentes et multiples. La communauté virtuelle rend aussi plus « visibles » la création et le partage de l’information, ainsi il est plus facile de se « reconnaître » dans la communauté et de reconnaître l’apport des différents membres.


Wilhelm, C. (2014), « Auteurs, ressources et personnalisation de l’apprentissage en e-learning : une analyse communicationnelle d’un glissement incertain », in : Communication et intelligence du social (Tome 2) : Acteurs, auteurs ou spectateurs des savoirs, de l'éducation et de la culture, J. Bonnet et al. Paris: L’Harmattan. p.43-58.

À l’heure où des rapports ministériels encouragent la mutualisation des ressources numériques éducatives (Rapport Fourgous, 2010) et où la notion de la personnalisation de l’apprentissage gagne du terrain (CIUEN 2012), de l’indexation de plus en plus fine des ressources, notamment dans le cadre du développement des technologiques dites du « web sémantique » je propose de questionner les glissements que ces technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) provoquent quant aux rôles d’acteur, auteur et spectateur des individus. La notion d’auteurité en particulier permet de mieux comprendre ce qui s’opère dans l’écosystème des productions numériques pédagogiques, où la figure de l’auteur s’interpose parfois – toujours ? - entre production et mutualisation de ressources numériques.


Wilhelm, C. (2005). Expériences interculturelles à distance. In W. Bufe, & H. Giessen (Eds.),
La visioconférence transfrontalière. (pp. 127-146). Paris: L'Harmattan.

Une particularité des usages desTICE,notamment dans l’enseignement supérieur,réside dans sa capacité à faire oublier les frontières et à se servir du réseau planétaire qu’est l’Internet pour intégrer des apprenants lointains.Très vite l’attention des acteurs de la eFOAD s’est tournée vers l’international, en France vers la francophonie en particulier. Ce public multiculturel potentiel visé pose la question de l’adaptabilité de la formation à distance médiatisée aux différences culturelles des usagers. Première interrogation :la nature du dispositif a-t-elle une dimension culturelle ?Aujourd'hui, il est quasiment incontesté que les technologies de la communication, de l'information et de la formation ne peuvent pas être culturellement neutres. Il est opportun de rappeler les propos de Marshall McLuhan : Son « the medium is the message » pourrait-il être transformé en : « a medium is a culture » ? Ces médias de la communication médiatisée, permettent-ils une réelle interaction entre des sujets différents culturellement ? Et comment la visioconférence se distingue-t-elle d’autres outils des TICE dans une interaction interculturelle ? Nous évoquons des potentialités interculturelles des outils de la eFOAD avec une attention particulière à la visioconférence.


Wilhelm, C., & Mason, R. (2004). Multikulturelle Fragen in der Weiterbildung. In G. Fietz, R. Mason, A. Junge, & e. al. (Eds.), eLearning für internationale Märkte – Entwicklung und Einsatz von eLearning in Europa. (pp. 51-57). Bielefeld: Nürnberger Forschungsinstitut Betriebliche Bildung (f-bb).

Présentation, questionnement et mise en perspective des facteurs culturels dans la formation continue dans un ouvrage plus globalement traitant de l’usage des dispositifs e-learning pour la formation continue et professionnelle.




Communications dans des colloques internationaux à comité de lecture et avec actes


Wilhelm C., Bosler S., Wiesinger S, Rothenberger L. (2016), «CUMEN – An International Transborder and Intercultural Study of Media Use: Perceptions of Methodological Issues and First Results», 18th Annual Conference of the Methods Division of the German Communication Association (DGPuK), September 21-23, 2016, Université d’Amsterdam.
This contribution focuses on the methodological challenges of the project “CUMEN— Cul- tures des médias / numériques”, a comparative transborder and intercultural project for measuring students’ media use in three countries: France, Switzerland, and Germany. CUMEN applies a mixed method approach, combining quantitative with qualitative research tools in order to study transborder phenomena in a more and more me- diatized and intercultural world. First results indicate clusters and typologies of media use and corresponding mediatisation of life-worlds. The focus of the paper is on development, application and constant adaption of the media diary elaborated to measure the students’ media use.
Wilhelm, C. (2016), «Usages des médias et de la culture : une recherche transfrontalière et interculturelle» 84° Congrès ACFAS Colloque Recherches sur les publics de la culture : esthétique, communication et éducation, théories et méthodes, 9 et 10 Mai 2016 Montréal, Québec.
La méthodologie de cette enquête s’inscrit dans le prolongement du projet nord américain "Global Digital Literacy" en cherchant à prendre en compte les dimensions identitaires de la culture médiatique dans chaque pays afin de mener étude comparative. L’objectif de notre contribution consiste à présenter la méthodologie déployée et également à aborder les premiers résultats relevant des problématiques des aspects culturels de la « litteracie numérique » et des effets interculturels. Le projet cherche également le développement et l'application de méthodologies elle-mêmes réellement interculturels (focus groups interculturels, observation de terrains interculturels). Il interroge par ainsi l'hypothèse d'une médiatisation grandissante en regard d'un public international et d'un contexte de production et de réception transculturel.
Wilhelm, C. (2016), «Tuteurs et animateurs de communauté? Les figures de médiation de l’apprentissage en ligne (e-learning)» 84° Congrès ACFAS Colloque Communautés en ligne : instrumentalisation marketing, résistances, 9 et 10 Mai 2016 Montréal, Québec.
Cette recherche se situe dans une approche communicationnelle appliquée à l’étude des nouveaux métiers de la médiation que sont les tuteurs et, plus récemment, les community managers dans les dispositifs d’apprentissage en ligne. L’engagement des institutions publiques et privées ainsi que des entreprises dans les formes récentes d’apprentissage numérique a fait naître une forme hybride de tuteurs de communauté, dont les fonctions rappellent celles des tuteurs, pédagogiques, et remplissent, dans le même temps, celles de community management.
Wilhelm, C. (2014), «Cultures et Créativité - Cultures de créativité : Exploration des contraintes culturelles de l’agir créatif», 82° Congrès ACFAS, Colloque Injonction de créativité et création sous contrainte : parallèles entre secteur culturel et monde du travail à l’épreuve du numérique, 12-13 Mai, Montréal, Québec. en ligne : [http://creanum2014.sciencesconf.org/conference/creanum2014/eda_fr.pdf]
La créativité entretient des liens étroits avec la culture environnante. Qu’il s’agisse d’une visée individuelle ou d’une œuvre collective, que la recherche de la créativité vienne d’une tradition ou bien du dépassement de celle-ci, qu’il s’agisse d’une stratégie de survie ou bien d’une création culturelle, le faisceau de signification qui entoure ce terme nous renseigne sur son emploi et son sens culturel. La survalorisation de la «créativité», par exemple, peut en soi être vue comme un fait culturellement marqué. Mais peut-on former à la créativité ? Sans aller jusque-là, la circulation des créations, et leur appropriation dans d’autres contextes culturels représentent des «formes partagées de communiquer sa différence». La créativité est un concept mouvant, polymorphe et loin d’avoir trouvé une définition et un ancrage culturel stable à l’instar de la «culture». Autant de raisons de continuer son exploration. Cette communication souhaite explorer des pistes à l’intersection de la créativité et de la culture.

Wilhelm, C. (2012), Usages des TICE à l’épreuve de l’interculturel, Analyse comparative de trois associations, IV Colloque international de la société de communication sociale latino-américaine, 3-8 décembre 2012, Ténérife, Espagne. http://www.revistalatinacs.org/12SLCS/2012_actas.html.
Cet article analyse de façon comparative l’usage des TIC dans le cadre de trois associations extra-internationales : franco-espagnole, franco- bulgare et franco-allemande. Nous mettons l’accent sur les dimensions de l’engagement des individus, de la mise en œuvre de compromis dans cet espace interculturel et de la communication spécifique à ce type d’organisation. Le rôle joué par les TIC est plus particulièrement étudié dans les relations entre les collaborateurs, entre l’association, son pays d’origine et son environnement local. Nous concluons sur l’importance du lien social que complète sans le remplacer ces technologies.

Wilhelm, C. (2012), Médias sociaux, microblogging et environnements personnels d'apprentissage : entre loisir relationnel et circulation du savoir, Colloque Expériences de loisirs et circulation du savoir, 9-10 mai 2012, dans le cadre du congrès ACFAS 2012 : Montréal, Québec. - en cours de publication-

Wilhelm, C. (2012), Le rôle de l’environnement numérique dans l’émergence d’une communauté de communication interculturelle en ligne – isotopie et axiologie dispositive, Colloque international Organisations, performativité et engagement, 8-9 Mai 2012, dans le cadre du congrès ACFAS 2012 : Montréal, Québec.
Nous avons pu mettre en évidence dans notre étude d’une formation internationale en ligne que la nature de l’environnement numérique utilisé peut jouer un rôle non négligeable dans l’adhésion à un dispositif d’apprentissage à distance et dans l’émergence d’une communauté communicationnelle. Cette communauté partage des valeurs du dispositif suite à un vécu collaboratif. La nature du dispositif technopédagogique et plus spécifiquement de l’environnement numérique fait partie de cette axiologie partagée qui va jusqu’à engendrer l’engagement associatif. Suite à nos recherches qui ont mobilisé une approche dispositive pluri-méthodologique combinant méthodes qualitatives et quantitatives – prise en compte de traces numériques, enquête et observations - nous proposons dans cette communication un ensemble d’éléments constitutifs de ce processus pour appuyer le rôle de l’environnement performatif.

Wilhelm, C. (2012), L’intelligence territoriale, une notion pertinente à distance ?, Colloque international TICEDUCATION, 3 et 4 mai, 2012, Université de Montréal : Montréal, Québec.
Nous proposons dans cette communication l’extension du concept d’« intelligence territoriale » aux échanges médiatisés et à distance. Existe-t-il une intelligence territoriale virtuelle, non liée à un territoire physique ? Quelles sont les conditions de son existence et quelle est sa portée ? Nos recherches initiales sur une formation à distance internationale montrent l'impact d'un dispositif techno-pédagogique numérique sur la culture communicationnelle des apprenants et plus largement des acteurs impliqués qui échangent à travers cet environnement de formation collaborative. Ce dispositif engendre des liens durables grâce à une axiologie propre à laquelle les individus s’identifient. Nous n’allons pas reproduire ces résultats en détail, ils ont été rapportés ailleurs (Wilhelm, 2009a, 2010). Nous explorons dans ce texte plutôt la possibilité de voir cette expérience sous le prisme du concept de l’intelligence territoriale et d’extrapoler une extension de ce même concept pour l’appliquer aux échanges en ligne.

Wilhelm, C. (2012), Penser la refiguration normative : la collaboration interculturelle face au contraintes du dispositif numérique, Colloque international Communiquer dans un monde de normes, 7-9 mars 2012, Université de Lille 3 : Roubaix.
Dans mes recherches j’ai pu constater l'effet d'un dispositif techno-pédagogique numérique sur la culture communicationnelle des acteurs qui échangent à travers cet environnement (Wilhelm, 2009). Les acteurs sont caractérisés par une diversité nationale, linguistique et culturelle et par une homogénéité statutaire et de métiers (enseignants du supérieur pour la plupart entre eux). Si nous suivons l'hypothèse que leur socialisation a fait émerger des normes culturelles tacites, implicites (Dubar, 2006 ; Henslin, 2004) et que les normes de la communication en ligne sont particulières également, tout comme les normes et règles d'interaction du dispositif pédagogique (Peraya, 1999), assistons-nous à une refiguration normative par l'interaction à distance ? Les normes préfigurées des acteurs vont-ils s’aligner au fur et à mesure de l’interaction ? Je vais présenter un cas où ces trois types de normes se conjuguent pour permettre l'émergence d'une communauté de communication (Apel, 1973). Ce cas présente un espace social d’interaction : un environnement d'apprentissage collaboratif en ligne et plus précisément les usages et les pratiques à l’intérieur de cet espace et les représentations des acteurs de leur expérience partagée. L’espace inclut une marge d’improvisation des acteurs ainsi qu’une possibilité de négociation des normes et règles configurant la structure sociale (cadrage dispositif).

Wilhelm, C. (2011), Décentration, Territoire et Mémoire dispositive : elements constitutifs d’une communauté interculturelle, 8ème colloque international TICEMED, Barcelone, 8-10 juin 2011, en ligne.
Notre étude de cas d’un dispositif de formation ouverte à distance en ligne révèle une adhésion collective à un projet commun et une vision commune et l’émergence d’une communauté apprenante interculturelle autour de valeurs partagés malgré la diversitéculturelle des acteurs impliqués. Trois éléments constitutifs du dispositif en questions sont la base de ce développement : une approche socio-cognitive valorisant la décentration des individus en formation, la proposition d’un territoire partagé virtuel d’échange et la création et l’entretien d’une mémoire dispositive.

Andonova, Y.; Vacher, B. et Wilhelm, C. (2011), Pratiques interculturelles et « vivre ensemble ». Analyse conjointe de trois organisations associatives, Colloque international Org&Co / SFSIC, «Les communications organisationnelles : Des concepts aux pratiques» Nice, 31 mai-01 juin 2011, p.88-95. en ligne (http://www.org-co.fr/images/stories/Colloque/actes-colloque-orgco-2011.pdf)
La présente communication interroge la problématique du « vivre ensemble » dans des contextes interculturels. Elle s’appuie sur une analyse conjointe de trois associations qui ont pour vocation de contribuer au rayonnement de cultures autres que celles de leur pays d’origine (bulgare, espagnole et allemande). Dans ce cadre le bien commun est le point de rencontre de cultures nationales et de pratiques communicationnelles. Il permet l’échange sans pour autant exiger un partage univoque de références et de valeurs.

Wilhelm, C. (2009), Du dispositif à la scène, de l’espace au territoire,
MEDIAS 09 : entre communautés et mobilité, Aix-en-Provence, 16 et 17 décembre 2009, Université Paul Cezanne, publication en ligne : http://www.medias09.univ-cezanne.fr/
À partir d’analyses de communautés en ligne nous proposons une grille de lecture des espaces médiatiques collectifs. Cette approche s’appuie sur des notions telles que l’engagement en acte (Joule et al., 2001), la performance (Goffman, 1973) et le territoire (Lussault, 2000). Elle vise à prendre en compte le tournant spatial pour les espaces médiatisés en ligne et cherche à valoriser la nature spatiale de tels espaces.Autour de la notion d’affordance (Gibson, 1979) et de la notion des mondes possibles (Semprini), nous avons construit une grille de lecture écologique (au sens de Gibson)desdispositifsmédiatiquesquiprendencomptelesdifférentesétapesdelagenèsedesensdansdetelsensembles (préfiguration,configuration, figuration) (Boutaud, 2005). Notre grille permet ainsi d’appréhender les notions liées telles que le changement, l’identité culturelle et la communauté émergente. Elle s’applique, au-delà de sa cible première, les espaces d’apprentissage en ligne, à tout dispositif médiatique, qu’il soit un média de masse « classique » (TV, radio, presse) ou un espace en ligne, numérique et interactif (intranet, site social...).

Wilhelm, C. (2008). Cultural identities in the flow. Dans F. Sudweeks, H. Hrachovec, et C. Ess, Proceedings Cultural Attitudes Towards Communication and Technology (CATAC) Nîmes, 24-27 juin 2008, Sydney : Murdoch University. pp.422-430.
Des observateurs culturels notent un changement profond dans la manière dont le contenu culturel se crée et les identités culturelles circulent, la perméabilité et le glissement des frontières culturelles avec le concours des médias et des technologies de la communication, souvent appelé le flux. Les recherches sur la communication interculturelle doivent s’adapter. Loin de vouloir invalider l’approche culturelle comparative, on peut observer un mouvement vers des modèles plus dynamiques, incluant les aspects de co-création de la culture. L’anthropologie modale peut fournir des éléments pour orienter notre recherche car elle prend en compte des dimensions jadis sous-représentées dans la recherche sur les relations entre la culture et des technologies. (communication et texte publié dans les actes en anglais)

Wilhelm, C. (2008). Interactions interculturelles et TICE. Colloque international des sciences de l'information et de la communication, Tunis 17-19 avril 2008, Tunis : ISD-IPSI-SFSIC. pp.117-125.
Les interactions culturelles sont analysées sous le prisme d’apports de la sémiotique du sensible et en prenant pour cas concret une formation entièrement à distance. Plusieurs éléments se dégagent qui forment un ensemble de dimensions qui favorisent l’émergence d’une culture communicationnelle au sein du dispositif étudié.

Wilhelm, C. (2008), Communication interculturelle et apprentissage collaboratif en ligne : La différence éclipsée entre normalisation et co-culture émergente?, CEMAFORAD-04 Colloque Euro Méditerranéen et Africain d’Approfondissement sur la Formation à Distance 2008 , 9-11Avril,Université de Strasbourg(ULP).
La communication interculturelle, propulsée par les processus de la mondialisation et de la médiation des relations et communications dans l’ère du flux, existe de plus en plus souvent sous une forme médiée, à travers l’écran des technologies. Les activités, si elles ressemblent aux activités connues du monde physique, revêtent un caractère spécifique dans le monde virtuel. L’apprentissage en ligne n’est pas une exception. Nous avons analysé un dispositif d’apprentissage collaboratif en ligne avec un public international. De notre recherche sort un constat : les différences culturelles se manifestent en parallèle des forces homogénéisantes, qui sont la normalisation par le biais du dispositif et l’émergence d’une communauté élaborée grâce aux expériences partagées en ligne.

Wilhelm, C. (2006), Diversité et co-construction interactive en ligne : L’Étude de cas d’un dispositif d’apprentissage collaboratif à distance, Pratiques et Usages organisationnels des sciences et technologies de l’information et de la communication 2006, 7-9 septembre, Université de Rennes II, p.252-258. (http://www.prefics.org/cersic/pdf/ActesColloqueCersicSept06.pdf)
Notre questionnement principal autour des interférences culturelles (rôle des facteurs culturels dans les usages desTIC) dans un dispositif d’apprentissage en ligne donne lieu à des problématiques concernant : - la forme d’organisation d’un dispositif émergent et ses pratiques actantielles également émergentes au sein du dispositif à travers le prisme de la théorie de l’activité ;
- les distances et frontières qui séparent les acteurs du dispositif et qui sont franchies lors de la collaboration ;
- la co-construction potentielle d’une identité et culture de l’organisation au sein d’une communauté d’expérience au milieu d’une sémiosphère interculturelle. Notre intérêt ici est d’apporter des éléments de compréhension de la rétroaction entre un dispositif en construction et son environnement organisationnel.

Wilhelm, C. (2005), Apprentissages et Interactions interculturelles en ligne - une étude de collaborations synchrones à distance. XXIIe Congrès de l'AIPU. L'enseignement supérieur du XXIe siècle : de nouveaux défis à relever, 12-14 séptembre 2005, Université de Genève (CD-ROM).
Présentation des résultats préliminaires issus de l’étude du corpus de la thèse qui laissent apercevoir une tendance: les origines des apprenants et par extension leur culture jouent sur leur comportement communicatif. Leurs styles d’interaction divergent. Dans un dispositif qui exige un taux fort de collaboration active qui seul garantie l’avancement de tous dans le groupe et l’apprentissage de l’individu - le tutorat doit particulière - ment prendre en compte cette variable culturelle. Des profils clairs ne se dégagent cependant pas encore à ce niveau. La suite de nos recherches doit confirmer et affiner ces premiers résultats. Nous étudierons un corpus plus large - sur plusieurs années - et de façon diachronique du début d’une formation à la fin afin de repérer les changements et adaptations par rapport aux représentations et comportements réelles en situation.

Wilhelm, C. (2004), Les technologies de l’apprentissage à distance comme support et vecteur d’une intersemioticité culturelle, SEMIO 2004, 8ème congrès de l’AIS (association internationale de sémiotique), Les Signes du monde, Interculturalité et Globalisation, Lyon (CD-ROM).
Cette contribution expose et discute les interrogations qui sont à la base d’un travail de recherche, mené dans le cadre de la thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication. Ces recherches combinent deux champs émergents d’application des SIC (Sciences de l'information et de la communication) : celui des études de la communication en ligne, ici dans les environnements virtuels d'apprentissage, et celui des études de la communication interculturelle. L'hypothèse centrale qui unit les deux champs est la suivante: le contexte culturel de l’usager ainsi que la culture du dispositif jouent un rôle important dans l'interaction pédagogique en ligne et le facteur culture influe sur le comportement de l'apprenant. L’intérêt de présenter les bases de cette recherche dans le cadre de SEMIO 2004 vient de l'importance d’une approche intersémiotique dans l'analyse des facteurs culturels.


Communications dans d’autres rencontres scientifiques
Wilhelm, C. (2008), Métaphores et analogie spatiale dans la conception des interfaces numériques,
Séminaire Analogie, Lettres, Dijon (Présentation orale avec support PréAO).

Wilhelm, C. (2007), La sémiotique face à la médiation interculturelle. Principes axiologiques émergents d’un dispositif ouvert, Colloque
Les pratiques sémiotiques en communication, 11-12 juin, Université de Bourgogne, Dijon (publication prévue par les organisateurs).

Wilhelm, C. (2007), Penser la communication interculturelle à l'ère de la médiation et du flux,
Séminaire Communication interculturelle (Présentation orale avec support PréAO), Université de Bourgogne, Dijon, 27 mars 2007.

Wilhelm, C. (2006), Culture ou contexte ? Les phénomènes d’acculturation et co-culturation dans les communications d’apprentissage en ligne,
Biennale 2006, 8ème Biennale internationale de l’éducation et de la formation, Expérience(s), savoir(s), sujet(s), 11-14 avril, ENS de Lyon.

Wilhelm, C (2006), Les technologies sont-elles éducatives ?
Séminaire Innovation pédagogique, CIPE, 1 décembre 2006, Université de Bourgogne, Dijon.

Wilhelm, C. (2006), From Co-action to Co-cultural Interaction? A Case Study of Intercultural Communication in an Online Distance-learningEnvironment,
EERA/ECER2006,European Conference on Educational Research,Transforming Knowledge,11-16septembre, Université de Genève.

Wilhelm, C. (2005), Interférences interculturelles de la communication en ligne, le contexte des apprentissages,
Doctorales de la société française de l’information et de la communication, 18-19 novembre 2005, Université Paris X, Nanterre.

Wilhelm, C. (2005), Présentation du travail de thèse, épistémologie et méthodologie,
Séminaire Doctorale SERTE à distance et en ligne, laboratoire LISEC, l’Université de Strasbourg, Plateforme ACOLAD, Espace SERTE.

Wilhelm, C. (2004-2008), Plusieurs présentations du travail de thèse dans des séminaires doctorales du laboratoires CIMEOS et de son équipe LIMSIC, Dijon, Université de Bourgogne.

Wilhelm, C. (2001), “Nos ancêtres les gaulois.com” or learning in the age of the internet,
Training Seminar for young social scientists, Réseau européen de jeunes chercheurs en matière de jeunesse, 4-9 séptembre 2001, EYC Conseil d’Europe, Budapest.


Autres conférences, conférences invitées


Wilhelm, C. (2009), SEVAQ+, Aspects interculturels d’un projet européen,
Kick-Off Meeting Sevaq+, 23-26 novembre 2009, HEC, Paris.

Wilhelm, C. (2009), Dispositifs de téléformation et recherche : modélisations éducatives et communicationnelles,
Séminaire Téléformation et Santé, 31 mars-1 avril 2009, Arc-et-Senans.

Wilhelm, C. (2008), Mise en perspective, Participation à la table ronde,
Les réseaux sociaux en formation à distance - Journée d'études FIED. 17 janvier 2008, Université de Montpellier.

Wilhelm, C. (2007), Nouvelle culture : Individualisation et dématérialisation de l’enseignement,
L’enseignement à distance, un défi pour les universités confrontées aux mutations de leur environnement, FIED, 18 et 19 Octobre, Université Marc Bloch, Strasbourg (Présentation orale avec support).

Wilhelm, C. (2006), Podcasting for beginners (en anglais),
Séminaire du réseau universitaire RESTLESS (Réseau des Enseignants de l’anglais de spécialité), 7 juin 2006, Université de Bourgogne, Dijon.
Wilhelm, C, (2006), Du campus numérique au campus réel, approche des contextes par l’ingénierie de projet,
Rencontre C2R, 20 juin 2006, Auxerre.
Wilhelm, C. (2004), E-learning à la française, der Blick zum Nachbarn Frankreich (Le paysage de l’e-learning universitaire en France),
LEARN TEC, 10-13 février 2004, Karlsruhe (en allemand).
Wilhelm, C. (2003), Cultural Factors in the Design of Online Learning,
TeleLearning Research Group, 27 janvier 2003, Open University, Milton Keynes.

Wilhelm, C. (2002), Translation and beyond, a contribution to offer another perspective and make a contribution to GRETEL,
Projet Meeting GRETEL,18-19 Novembre 2002, IMI, Paris.
Wilhelm, C. (2002), L’e-learning médical, l’expérience du DeU.med, La formation médicale en réseau, utilité et contraintes,
1er colloque international des TICE, 28-29 novembre, Chambre de Commerce et d’Industrie, Dijon.


Autres activités de recherche

Participation au groupe de recherche national CNRS AS132 RTP34 Cultural Design
Organisation et co-animation d’une
Journée d’étude des doctorants, jeunes chercheurs et praticiens sur la communication interculturelle (20 mars 2007)
Organsation et co-animation du séminaire
Enseigner aujourd’hui : (Nouvelles) technologies éducatives et enseignement supérieur, La Passerelle-CIPE, 16 février 2007, Université de Bourgogne, Dijon.
Participation aux Doctoriales SIC, 18-19 novembre 2005, Université Paris X Nanterre.
Participation régulière aux séminaires doctoraux. Présentation des avancées des travaux. En présence (Dijon) au sein du laboratoire CIMEOS-LIMSIC. À distance (en ligne sur une plateforme gérée par l’ULP multimédia à Strasbourg) dans le cadre de la co-direction de la thèse.
Membre du Conseil Scientifique de l’Ecole Doctorale 491 « Langages, Idées, Sociétés, Institutions, Territoires » (LISIT) -2011.
Membre de l’Association Internationale des doctorants et jeunes chercheurs en SIC-Culture, Coordinateur de la section Dijon.


Participation aux groupes de recherches nationaux

Seminaires CNRS AS132 RTP34 ASCD "
Interculturalité, conception & usages des NTIC" Action Spécifique n°132 - RTP 34 Département STIC CNRS Programme "Interactions Humaines"

Séminaires doctorants

Séminaires à l'Université de Bourgogne, laboratoires LIMSIC puis CIMEOS

Séminaires à distance ULP (depuis 2005), création d'un support rich media de présentation, discussion chat via plateforme en ligne


autres activités professionnelles liées :

travail sur projets multimédia : cahiers de charges, conception de projets

Présentations sur salons professionnels multimédia :

Salon de Formation FORCING Bourgogne 2004

Salon TICE de la CCI de Dijon 2004

Rencontres FOAD régionales du C2R à Auxerre 2006
...