Diplômé de l’université de Mayence en Allemagne, j’ai soutenu une thèse en 2009 à l’université de Bourgogne, Dijon, sur l’émergence d’une communauté communicationnelle internationale dans la cadre d’une formation à distance. Mes recherches s’articulent depuis autour de deux thèmes principaux qui sont la place du numérique dans les communications en général et de la diversité culturelle en particulier dans les processus de communication et la circulation du savoir, ainsi que l’impact des médiations technologiques sur ces même processus. L’analyse d’innovations et de processus émergents, qu’ils soient technologiques ou intersubjectifs, ne peut faire l’économie d’une prise en compte de l’aspect communicationnel des contextes de production et d’usage. Pour cela j’applique une approche dispositive qui se précise au fur et à mesure des recherches (combinatoire méthodologique). Parmi les entreprises collectives que j’ai dirigées ou auxquelles j’ai contribué, on peut citer le volume sur Numérique, éducation et apprentissage : Enjeux communicationnels, co-dirigé avec Laurent Collet en 2015, Paris : L’Harmattan
ainsi que Vive la technologie ? Traité de bricolage réfléchi pour épris de liberté, Paris, Presses des Mines, coll. Les Carnets de Lilith.